Accueillir nos émotions comme des personnes…

3 février 2020 0 Par reikicannes@gmail.com
Accueillir nos émotions comme des personnes…

Ce matin, une personne que je recevais en séance me demandait comment faire pour se libérer de ses émotions récurrentes…

Je lui répondis : Vous savez, il y a quelque chose que j’ai fait il y a des années, et qui a bien marché… C’était pour apaiser ma colère et ma tristesse, qui m’envahissaient à ce moment de ma vie…je les ai considérées comme des personnes.

Elle me regarda surprise : comment ça ?

Avez-vous lu le livre d’Elizabeth Gilbert “Mange, prie, aime” ?, lui demandais-je”.

Non…

Je vous explique…

 

“Mange, prie, aime” ma source d’inspiration…

Ce livre raconte le cheminement de son auteure, Elizabeth Gilbert, qui, après un divorce douloureux, part en voyage en quête de sens, en quête d’elle-même. En Italie elle retrouve le goût de manger, de prendre du plaisir pour la bonne nourriture, en Inde elle va prier dans un ashram et tente de comprendre ses émotions, de chasser ses démons, d’apaiser son âme, enfin, à Bali, elle cherche la paix intérieure en apprenant à s’aimer, à se pardonner, et ainsi à pouvoir trouver enfin le grand amour.

Dans ce dernier voyage, un moment donné, elle s’assoit au pied d’un arbre pour méditer et faire face à ses émotions qui ne la quittent pas et dont elle voudrait bien se libérer : colère, tristesse, culpabilité…

C’est là que les choses m’ont interpellée…

 

Nos émotions sont nos amies…

Elle entreprit d’imaginer la colère comme si c’était une personne qui se trouvait devant elle. Cela lui permettait en même temps de se détacher, de prendre du recul par rapport à cette émotion et de pouvoir observer, ressentir ce que cette manifestation émotionnelle était sensée lui faire comprendre d’elle-même.

En imaginant ce personnage là face à elle, dans cet espace de prise de recul, elle comprit quel message cette émotion était venue lui délivrer sur elle-même, elle se mit à lui parler, exemple que je suivis…

“Chère colère, mon amie, je comprends pourquoi tu as jailli en moi suite à cette situation que je traverse.

Je sais que tu es là pur m’enseigner quelque chose sur moi-même, et je t’en remercie.

Je décide de t’accepter parce que tu me fais comprendre à quel point cette situation me touche et me ramène à tel événement de mon passé. Je te remercie. Viens, je t’accueille dans mon cœur car tu fais partie de moi”.

Tout comme Elizabeth, j’imaginais que je serrai cette personne nommée Colère contre mon cœur comme une amie que je serrerais dans mes bras pour l’embrasser.

Et bien vous n’imaginez pas à quel point d’accepter cette amie la Colère m’apaisa dans tout mon être, car au final cela revenait à m’accepter moi-même dans cet état, dans cette émotion, et de ne plus la rejeter.

La rejeter relevait du déni, de la non- acceptation de mon ressenti, de ma douleur, et ainsi de ma non-guérison.

La serrer contre mon cœur en lui accordant vraiment une place en moi m’apaisait, me réconfortait.

Je fis ainsi le tour de mes “amies” les émotions, les accueillis une par une contre et dans mon cœur, et ressentis petit à petit un grand apaisement m’envahir, moi au pied d’un abricotier dans une petite cour, me voilà qui reprenais de la légèreté et ressentais de nouveau une vraie paix intérieure…

Merci Elizabeth, merci.

Merci à mes émotions, gratitude à vous qui m’avez permis de comprendre ma position, de l’accepter et donc de continuer à avancer. Car accepter c’est ouvrir la porte pour continuer sur notre chemin.

Et vous, avez-vous vécu ce genre d’expérience ou bien avez-vous envie d’essayer ?